Suivez mes critiques !

Mes derniers posts

La trilogie aux titres foireux - Millénium

Bonjour à tous et à toutes,
Vous connaissez sans doute la saga Millenium. Si vous aviez échappé aux énormes pavés étalonnés dans toutes les librairies, vous avez dû voir l'affiche des différents films. Si vous n'avez pas du tout prêté attention aux sorties cinématographiques, peut-être avez-vous été informé de l'existence de ces best-seller de part les polémiques qu'ont soulevé la reprise de la saga par un nouvel auteur. Le premier précocement décédé avant le succès de la série (ce qui a alimenté ce qu'on appelle la "légende Millénium") ayant confié à son éditeur qu'il avait l'intention d'écrire une décalogie, l'écriture de la saga a été reprise par le biographe d'Ibrahimovic, ce qui n'a pas été du goût de certains "puristes".


Je justifie mon titre par cette image. J'ai simplement rajouté le quatrième tome pour marquer le contraste entre les deux auteurs, perceptible simplement en lisant les titres.

Pour ma part, c'est le tapage médiatique qui a entouré ce nouvel opus qui m'a fait commencé la série. J'en avais néanmoins déjà entendu auparavant. On m'en avait parlé en terme élogieux, tout en soulignant une dimension "érotique" BDSM à cette époque assez originale (depuis, malheureusement, 50 nuances de Grey est passé par là).

C'est donc avec beaucoup d'à priori que j'ai ouvert "Les hommes qui n'aimaient pas les femmes". Miracle ! Après cent pages de lecture laborieuse, je suis entraînée dans le tourbillon d'une enquête bien ficelée qui m'empêche de lâcher le livre. Une fois plongée dans l'intrigue, pas une fois je n'ai trouvé le premier Millenium ennuyeux ou trop long, et ce malgré ses huit cents pages. Les adeptes de polar apprécieront les intrigues parallèles utiles et qui ne donnent pas au lecteur la sensation de bloquer la trame principale et le développement des personnages, réalistes malgré des traits de caractère ou des caractéristiques peu communs.

Après cet énorme coup de coeur, le cahier des charges que j'espérais voir  La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette respecter était très, sans doute trop, important. Si j'ai apprécié que l'on se penche sur le passé de Lisbeth, j'ai vraiment trouvé que l'enquête traînait en longueur. Et pour cause ! Neuf cent pages ne constituait visiblement pas pour Stieg Larsson un espace suffisant pour développer son intrigue, puisque l'événement clôturant ce tome deux ne s'accompagne du dénuement de l'affaire. Celui-ci ne pointera le bout de son nez qu'à la fin du tome trois, soit neuf cents pages plus tard.
Cette division était une erreur. Durant le faible laps de temps qui a séparé les lectures des deux livres, j'avais presque tout oublié tant l'intrigue était complexe (les noms suédois ne m'ont pas aidés non plus). J'étais par conséquent totalement perdu dans ce gigantesque troisième tome, me raccrochant difficilement aux histoires parallèles. Pour couronner le tout, ma laborieuse lecture s'est achevé par une scène que j'ai trouvé franchement niaise.

Je ne compte pas intégrer le tome quatre à ma bibliothèque, car si le premier était un excellent polar, la série n'en demeure pas moins globalement mauvaise. L'engagement de l'auteur, souvent salué par les critiques, aurait pu nuancer cette appréciation négative. Cependant, je trouve pour ma part que l'écrivain ne s'est engagé que de manière consensuelle et absolument pas innovante, notamment quand il dénonce les dérives de la justice et légitime (tout comme de nombreux livres, films, séries, jeux-vidéos ... ) le fait d'exécuter ses propres sentences.





5 commentaires:

  1. Bonjour,
    Même ressenti ! Belle originalité sur le premier, ensuite... j'ai toujours des difficultés avec les "exploitation de filon" qui perdent leur "âme" à trop vouloir durer. Pour ce qui est de "50 Nuances..." j'ai dû tenir soixante pages et encore en faisant de gros efforts... puis j'ai rendu les livres à la personnes qui me les avait prêtés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, c'est l'un des problèmes majeurs des suites.
      Après cet échec, t'es-tu essayé au film :-) ?

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais été intéressé par cette trilogie .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, un ovni insensible au matraquage médiatique ^^ !

      Supprimer
    2. J'ignore ton sarcasme :)

      Supprimer