Suivez mes critiques !

Mes derniers posts

Comment écrire une saga avec des auteurs différents ? L'interview de Florent Hinckel par MDFC

Comme beaucoup de lecteurs, j'ai entendu parler d'U4, le projet phénomène de la rentrée littéraire. Quatre auteurs ont écrit un tome du point de vue d'un personnage tout en gardant la même histoire de fond. Dans une France apocalyptique,  ces adolescents se battent pour survivre.

J'ai donc contacté Florence Hinckel (que je connaissais avec Populaire) pour lui demander une interview et j'ai été agréablement surprise par sa bienveillance, et ses rapides réponses qui m'ont appris beaucoup de choses. Pour tout cela, merci Florence Hinckel.


mdfc : Qui a eu l'idée du projet U4 ?


 Florence Hinckel : Cela s'est fait en plusieurs temps. D'abord le projet est né du désir commun d'un projet d'écriture collectif. C'est un désir que nous avons exprimé tous les quatre, spontanément, lors de notre première discussion. Puis tout s'est emballé : Carole et Vincent en ont reparlé dans un train et ont envoyé un SMS à Yves et moi qui avons tout de suite répondu de façon enthousiaste. Puis j'ai revu Vincent peu de temps après lors du salon du livre, et on a commencé à évoquer le thème. Vincent avait des désirs post-apocalyptiques ! Puis nous avons eu l'idée de l'histoire tous ensemble, chacun apportant sa pierre lors de nos autres discussions.


mdfc : Connaissiez-vous les autres écrivains du projet avant ce dernier ?


FH : Je connaissais un peu Yves pour l'avoir croisé lors de salons du livre. Puis, lors du salon du livre où tout s'est joué, je signais aux côtés de Carole, et au coin opposé de la salle, Yves signait aux côtés de Vincent ! Carole m'a demandé de lui présenter Yves, qui nous a présenté Vincent, et voilà, le quatuor était formé !


mdfc : Quel tome d'U4 préférez vous ?


FH : C'est une question à laquelle je suis incapable de répondre ! En réalité, chaque tome est si différent des autres qu'à mon avis ils ne sont pas comparables. Chacun a ses qualités propres, et je suis ravie de la qualité de l'ensemble. J'admire chacun de mes co-auteurs, et j'admire chaque roman U4.

mdfc : Aimez-vous le personnage de Yannis ? Si oui, pourquoi ?



FH : Bien sûr que je l'aime, c'est mon héros ! J'y suis très attachée. Après tout, j'ai vécu avec lui pendant 2 ans d'écriture ! J'ai voulu créer un personnage issu de milieu défavorisé, pour évoquer la remise à plat de la société après une telle catastrophe. Un autre monde est-il possible, et comment ? J'avais donc besoin d'un personnage mal parti dans la vie, mais avec une forme de pureté et des valeurs fortes, qu'il pourrait revendiquer même en plein chaos. Pour moi c'est cela, un héros. Etrangement, aucun avis de blogueurs jusque-là n'a évoqué l'origine de mon héros, alors que pour moi elle est fondamentale. 


mdfc : Votre productivité littéraire est très impressionnante (4 romans cette année), vous est-il facile de trouver l'inspiration et d'écrire votre histoire ?



FH : 4 romans parus dans l'année, ça ne signifie par 4 romans écrits en une année. Les délais de publication sont divers et variés, et cela ne suit pas mon rythme d'écriture. Cela dit, j'écris à plein temps et il est vrai que, par conséquent, j'écris beaucoup. J'ai cependant toujours beaucoup de mal à quitter un univers pour entrer dans un autre, il me faut souvent un mois entre deux romans, pour décanter. Et en général j'alterne romans graves et romans plus légers, afin de réussir à me renouveler.



mdfc : Comment êtes vous devenue romancière (parcours scolaire-révélations-démarches) ?


FH : J'écris depuis que je suis enfant. J'ai une tonne d'histoires, de journaux intimes, qui datent de mon enfance ou de mon adolescence. J'adorais lire, aussi. La lecture et l'écriture ont toujours tellement fait partie de ma vie que j'ai beaucoup de mal à imaginer comment on peut vivre sans ! Cependant je pensais vraiment que mon rêve de devenir écrivain resterait un doux rêve, parce que je venais d'un milieu très éloigné des milieux éditoriaux (il n'y avait même aucun livre à la maison !). Comme j'étais bonne élève, je me suis laissée porter par le mouvement et j'ai fait des études scientifiques ! Pour finir je suis devenue professeure des écoles, et j'ai commencé à avoir envie de parler et de m'adresser à mes élèves. Voici comment j'ai écrit mes premiers romans jeunesse, que j'ai osé les envoyer à des éditeurs et que, miracle, ça les a intéressés.


mdfc : Comment avez-vous choisi d'écrire pour les enfants/adolescents ? Et comment faites-vous pour en parler de manière si juste (notamment dans "Populaire ?")



FH : Comme je viens de l'écrire, c'est mon métier de professeure des écoles qui m'y a amenée, mais pas seulement (et puis aujourd'hui, je n'enseigne plus). Je crois fermement au bienfait de tout ce que j'ai écrit étant enfant ou ado. A ces époques de ma vie, j'ai laissé entendre ma voix propre, et je crois qu'elle ne m'a jamais quittée. Je pense que je parviens à convoquer la voix des différents âges de ma vie sans trop de difficultés, en l'adaptant à la vie actuelle de mes héros (et alors je m'inspire de ce que vivent mes enfants, par exemple).




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire