Suivez mes critiques !

Mes derniers posts

Les livres qui ont marqué mon année 2015

Très cher lecteur, il est fort possible que tu ne lises pas cette article en janvier, mais je tiens tout de même à te souhaiter une très bonne année.

Beaucoup de blogueurs font un top résumant leurs meilleures lectures 2015. Pour ma part j'ai exclu les livres que j'ai beaucoup apprécié, mais qui ne m'ont pas vraiment marqué, qui ne m'ont pas changé (je pense notamment à Millénium). Je compte d'ailleurs faire un débat (sur twitter ou sur le blog) sur ce qui rend une lecture appréciable et ce qui rend une lecture mémorable.

Les livres ne sont pas du tout classés (quel barème de toute manière ?).






Fahrenheit 451 - Ray Bradbury

Effrayante, cette dystopie a changé mon regard sur la société et m'a confirmé la nécessité de la lecture. Indispensable, cette anticipation réussie au suspens haletant conserve malgré son aspect tragique, une lueur d'espoir. J'en parle un peu plus en détail ici

La mort est mon métier -Robert Merle

J'ai déjà écrit sur la fiction la plus connue de Robert Merle. Cette plus ou moins fausse biographie réussit un tour de force : non seulement elle décrit simplement, sans artifices ni jugements l'évolution de celui que nous pourrions considérer comme l'incarnation du diable, mais elle tire de cette normalité sa puissance et nous rappelle la subtilité de la barrière entre le bien et le mal, qui se trouve plus ou moins en chacun de nous.

Le rouge et le noir - Stendhal 

Une profonde plongée dans la société de la Restauration. Monument de la légende napoléonienne, Le rouge et le noir est un roman d'apprentissage, où chaque passion, chaque action et chaque ressentiment sont analysés avec brio, Nietzsche dira que Stendhal était «le dernier des grands psychologues français», et avec la plume romantique qui caractérise l'auteur.


Cosmétique de l'ennemi - Amélie Nothomb

Un Nothomb magnifique, qui ne se contente pas de proposer des dialogues incroyables et riches, mais qui propose une réflexion sur notre nature profonde. 
Spoiler: 
J'ai lu pas mal d'articles ou de livres sur l'inconscient. Un thème vaste et passionnant

La plaisanterie - Milan Kundera

 Une lecture passionnante qui pose énormément de questions au lecteur (la meilleure plaisanterie n'est-elle pas la vie ?). Je ne décrirais pas Kundera comme l'écrivain de la nostalgie (plus Modiano). Il confronte avec une longue intervalle de temps, les idéaux passés au présent, mais plus dans une logique jésuite (il ne faut pas trop en attendre de l'homme) que moralisatrice.
Je me souviens surtout de la sombre vérité : "Tout sera oublié et rien ne sera réparé". 
Après la Plaisanterie, Je recommande de lire le chapitre qui lui est dédié dans Un cœur intelligent d'Alain Finkielkraut .

Antigone - Jean Anouilh

Je n'avais pas lu l'Antigone de Sophocle (honte à moi). Néanmoins, en bonne férue de mythologie grecque je connaissais le mythe d'Oedipe, et l'histoire d'Antigone. Cela ne m'a empêché ni de dévorer Antigone, ni de m'imprégner de l'atmosphère dramatique. Le duel Créon/Antigone ou plutôt les duels sagesse de l'homme d'expérience/jeunesse fougueuse, pragmatisme/romantisme, soumission/résistance m'ont terriblement émus . La catharsis qui opère durant cette lecture donne une nouvelle vision de l'époque troublée durant laquelle elle a été écrite.

A l'ouest rien de nouveau - Erich Maria Remarque

Paru en 1929, brûlé et interdit par les nazis, à l'Ouest rien de nouveau est un (si ce n'est le)  roman engagé, que j'ai trouvé bien plus puissant et efficace que tous les films que j'ai vus à ce jour sur le sujet
Paul Baümer a 18 ans. C'est un jeune homme vif et sympathique qui a tout pour être heureux. Seulement Paul est allemand, et son instituteur lui a vivement conseillé d'aller s'engager pour le bien de la nation. Paul tombe alors plus vite que prévu dans le Tartare qu'est la guerre, gouffre dont personne ne sort indemne. Une lecture éprouvante et révoltante.
Spoiler: 

Paul ! Paul, le dormeur du val ! On ne lit plus ce poème de Rimbaud de la même façon après A l'ouest rien de nouveau

Un sac de billes - Joseph Joffo

Un sac de billes est un témoignage touchant et authentique qui parvient à décrire la candeur et l'innocence de l'enfance aussi bien que la monstruosité de l'Occupation. Un désormais classique.

Quiz Show - Kim Young-ha

Seul représentant de la littérature asiatique (que je connais malheureusement mal) de cette sélection, Quiz Show narre le voyage initiatique de Min-Su (j'espère que l'orthographe est correcte) dont on revient changé. Une plongée dans la société coréenne, que la mondialisation a fortement rapproché de la nôtre. Majoritairement ancré dans un réel qu'il décrit avec une justesse troublante, Quiz Show se garde aussi une partie plus fantastique. En plus d'apporter une touche d'originalité, cette sortie de notre réalité n'est pas dénuée de questionnements philosophiques et ne dénote pas avec l'ensemble. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire